Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal

L'immobilier d'entreprise poursuit sa reprise aux États-Unis au quatrième trimestre, selon CBRE Group, Inc.

​Los Angeles, January 10, 2013 – En dépit d'une croissance économique léthargique, le marché de l'immobilier d'entreprise aux États-Unis continue d'être sur la voie de la reprise au quatrième trimestre 2012 (T4 2012), selon la dernière analyse de CBRE Group, Inc.

  • Le marché national des bureaux a résisté aux pressions d'une reprise économique inégale, des incertitudes liées au budget fédéral et des catastrophes naturelles, avec un taux d'inoccupation en baisse de 10 points de base (pdb) pour atteindre 15,4 % au troisième trimestre 2012.
  • Le taux national de disponibilité des locaux industriels1 a chuté de 30 pdb au T4 2012 pour s'établir à 12,8 %, soit la baisse trimestrielle la plus importante depuis le commencement de la reprise du secteur industriel en 2010. Le taux de disponibilité des locaux industriels est à présent en baisse de 180 pdb par rapport à son point culminant de 14,6 % au T3 2010.
  • Le taux de disponibilité des surfaces commerciales a légèrement baissé pour s'établir à 12,8 %, soit une baisse de 10 pdb par rapport au trimestre précédent.
  • La demande intérieure d'immeubles d'appartements reste soutenue, avec un taux d'inoccupation s'établissant à 5 % au T4 2012.

« On constate que l'on bat une nouvelle fois le record des progrès lents mais positifs vers une reprise de l'immobilier, a déclaré Jon Southard, directeur général du groupe de conseillers économétriques de CBRE. Le changement notable observé à partir de cette tendance persistante est l'amélioration du secteur industriel, à mesure que les expéditions augmentent à un taux supérieur à celui de l'emploi. »

Le marché des bureaux
Pour l'ensemble de 2012, le taux d'inoccupation a baissé de 60 pdb, ce qui indique que le marché des bureaux continue d'être sur la voie de la reprise. Au quatrième trimestre, le taux d'inoccupation a baissé dans 38 marchés, a augmenté dans 19 autres, et est demeuré inchangé dans 6 autres. Une fois de plus, les banlieues indiquent de meilleurs résultats que les marchés des centres-villes, avec une baisse trimestrielle de 20 pdb, contre une baisse de 10 pdb dans les centres-villes. Le taux d'inoccupation dans les banlieues s'est établi à la fin de l'année à 17,1 %, soit 70 pdb de moins qu'à la fin 2011, tandis que le taux d'inoccupation en centre-ville a fini l'année à 12,3 %, soit 40 pdb de moins qu'à la fin 2011.

Dans les marchés soutenus par la technologie, le logiciel et l'énergie, on enregistre les plus importants gains dans les taux d'occupation observés en 2012, alors que les taux d'inoccupation à San Jose, Austin, Boston et Houston ont chuté de 200 pdb ou davantage. En 2011, certains marchés soutenus par le logement, ou le marché « CANVFLAZ » (Californie, Nevada, Floride et Arizona), figurent parmi les marchés les plus performants l'année dernière, les locataires profitant de loyers modérés et contribuant à l'accroissement des locations de bureaux. Les taux d'inoccupation à Phoenix, à Miami, dans le comté d'Orange et à Ventura ont baissé de 150 pdb ou davantage en 2012.

« Bien que le taux d'inoccupation des bureaux dans le pays ait baissé pour la troisième année consécutive, il reste de 300 pdb au-dessus de son bas niveau de 12,4 % d'avant la récession, a déclaré M. Southard. Après un démarrage soutenu en 2012, la croissance de l'emploi a été décevante, et même si le récent accord budgétaire signé par le Congrès et le Président afin d'éviter la « falaise fiscale »2 pourrait atténuer certaines inquiétudes à court terme, les incertitudes entourant la poursuite des négociations sur le plafonnement de la dette fédérale et de futures coupes budgétaires gouvernementales continueront à présenter des risques à la baisse à court terme pour l'immobilier d'entreprise. Toutefois, le recrutement et la confiance devraient s'accélérer dans le secteur privé, si à Washington les responsables politiques sont en mesure de parvenir à un accord budgétaire à long terme et si on peut se tenir à distance des préoccupations émanant de la situation en Europe, ce qui ouvrirait la voie à une amélioration de la croissance des emplois utilisant des bureaux et à l'absorption des bureaux par le marché. »

Le marché des locaux industriels
Le T4 2012, avec un taux de disponibilité de 12,8 %, est le dixième trimestre consécutif affichant une baisse de la disponibilité des locaux industriels. Ces deux dernières années, on a observé dans le marché des locaux industriels une baisse lente mais régulière de la disponibilité, qui a diminué par rapport à son niveau de 14,6 % en 2010. La reprise continue de reposer sur une large base, avec 40 marchés indiquant des baisses, 16 indiquant une hausse du taux et 5 demeurant inchangés. Minneapolis continue d'être à la pointe de la baisse du taux de disponibilité (-140 pdb), suivie par Detroit (-130 pdb) et Salt Lake City (-120 pdb). À Chicago, le plus important marché industriel du pays, on a enregistré une baisse du taux de disponibilité de 20 pdb, tandis qu'à Los Angeles, le deuxième plus important marché du pays, la situation reste inchangée.

Marché des commerces
Les détaillants sont circonspects quant à la perspective d'augmenter substantiellement leurs surfaces locatives, mais la baisse lente du taux de disponibilité s'est poursuivie, ce taux s'établissant à 12,8 % au T4 2012, en baisse de 30 pdb par rapport au taux de l'année dernière. La plupart des marchés de commerces ont enregistré des taux de disponibilité soit inchangés, soit en baisse, par rapport au dernier trimestre. Parmi les meilleures performances, mentionnons Denver, Cincinnati, Fort Worth, Kansas City et Minneapolis ; chacun de ces marchés a enregistré une baisse d'au moins 60 pdb. À l'autre extrémité, des marchés tels que Tulsa, Long Island et Bakersfield ont enregistré des hausses de leurs taux de disponibilité de l'ordre d'au moins 50 pdb au quatrième trimestre 2012. 

Marché des appartements
Dans les fondamentaux du marché des appartements, on a constaté un ralentissement du rythme de l'expansion, le taux d'inoccupation baissant de 20 pdb pour s'établir à 5 % à la fin 2012. Ce résultat est sensiblement inférieur aux baisses de 140 pdb et 80 pdb enregistrées respectivement en 2010 et en 2011. Bien que la croissance de la demande se soit ralentie au cours du trimestre, le marché est resté soutenu par rapport au passé, le taux moyen d'inoccupation se maintenant à 4,9 % sur les quatre derniers trimestres, soit 40 pdb en dessous de la norme sur le long terme (20 ans). Par rapport à l'an dernier, les taux d'inoccupation ont baissé dans 35 des 63 marchés suivis. Parmi les marchés indiquant les plus importantes baisses en glissement annuel (plus de 100 pdb) ont figuré Birmingham, Jacksonville, Charlotte, Atlanta, Seattle et Norfolk. Les marchés enregistrant les plus faibles taux d'inoccupation (en-dessous de 3,5 %) comprenaient notamment Miami, Newark, Oakland, Pittsburgh, Minneapolis, Edison, Providence, Boston et Ventura. Les marchés indiquant les taux d'inoccupation les plus élevés (au-dessus de 8 %) incluaient notamment Tucson, Memphis, Las Vegas, Jacksonville et Greensboro.

La croissance effective des locations devrait rester forte et les fondamentaux du marché des appartements devraient continuer de s'améliorer en 2013 parallèlement à la poursuite de la reprise de l'économie. Les locations effectives étant à présent nettement au-dessus de leurs niveaux d'avant la récession dans la plupart des marchés importants, l'activité de construction de nouveaux appartements a redémarré ces derniers mois et le nombre d'appartements construits devrait retrouver l'année prochaine le niveau des normes du passé.

1 La disponibilité est la surface qui est activement commercialisée et à la disposition des locataires en vue de leur aménagement, sur une période de 12 mois.

2 L'expression « falaise fiscale » fait référence à l'expiration de certains avantages fiscaux aux États-Unis et à la réduction automatique de certaines dépenses du gouvernement fédéral américain à la fin 2012 si le Congrès des États-Unis ne prenait pas de mesure d'effet contraire.

À propos de CBRE Group, Inc.
Présente dans les classements Fortune 500 et S&P 500, CBRE Group, Inc. (NYSE : CBG), dont le siège est à Los Angeles, est la première société mondiale de services immobiliers d’entreprise (sur la base de son chiffre d’affaires 2011). Avec environ 34 000 employés (sans compter les sociétés affiliées), au service de propriétaires immobiliers, d’investisseurs et d’occupants par l’intermédiaire de plus de 300 bureaux (sans compter les sociétés affiliées) dans le monde entier, la société CBRE propose des services de conseil stratégique et d’exécution en vue de la vente et de la location d’immeubles, de services aux entreprises, de services de gestion de biens immobiliers et d’implantations ainsi que de projets d’aménagement, de services de prêt sur nantissement, d’expertise et d’évaluation, de services de promotion immobilière, de services de gestion des investissements ainsi que d’études et de conseil. Veuillez visiter notre site Web à l’adresse www.cbre.com.

​​​​​​​

CBRE Offices Global

CBRE Offices Worldwide