Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal

CBRE Group, Inc. constate des taux record de loyers commerciaux, conséquences d’une forte demande des distributeurs et d’un potentiel d’offres limité

Hong Kong toujours très en avance sur ses pairs

Los Angeles, 13 mai 2013 – Hong Kong reste le marché commercial le plus onéreux au monde, avec des loyers « prime » 150 % plus élevés que ceux de New York et plus de 400 % plus élevés que ceux de Londres et Paris, selon la nouvelle étude de CBRE Group, Inc. (NYSE:CBG).

L’étude trimestrielle de CBRE (Q1 2013), qui répertorie les 10 marchés commerciaux les plus onéreux au monde, révèle que la demande soutenue émanant des distributeurs internationaux, associée à un potentiel d’offres limité, a mené à des taux de loyer « prime » record. En tête d’affiche, Hong Kong reste dans une catégorie de prix bien supérieure à celle de ses pairs, avec un tarif de location « prime » pour Q1 2013 atteignant 4 328 dollars par pied carré par an.

Tandis qu’au cours de ce dernier trimestre, les loyers « prime » sur les marchés tels que Hong Kong, New York, Londres et Paris n’ont affiché aucun mouvement haussier, ces villes ont montré une certaine résilience favorisée par les stratégies d’expansion à long terme des distributeurs internationaux, qui privilégient les espaces exclusifs aux meilleurs emplacements sur ces marchés.

Classement des loyers commerciaux « prime » en USD par pied carré par an

 

Joe Lin, directeur exécutif du secteur commercial, Hong Kong, de CBRE, a déclaré :

« Les loyers ‘prime’ à Hong Kong ont atteint des taux record car la demande locative est stable et l’intérêt des distributeurs souhaitant s’installer ou augmenter leur empreinte dans la ville reste fort. Au vu des tarifs élevés affichés dans les rues commerçantes exclusives de Hong Kong du fait notamment de la demande soutenue des marques de luxe internationales, de nombreux distributeurs traditionnels se sont repositionnés sur des emplacements secondaires de ‘niche’ car ils souhaitent rester sur le marché mais ne peuvent se permettre les espaces exclusifs. »

Au deuxième rang des marchés commerciaux les plus chers au monde, New York (2 970 dollars par pied carré) a accueilli plusieurs détaillants nationaux et internationaux en 2012 intéressés par le fort attrait touristique de la ville à travers le monde. Le potentiel de mise à disposition de nouveaux espaces commerciaux à New York reste faible. Cependant, un nombre important d’espaces ‘prime’ sont disponibles sur la 5e avenue entre la 49e et la 59e rue.

Londres (1 053 dollars par pied carré) et Paris (1 050 dollars par pied carré), principaux marchés commerciaux européens, restent stables, notamment du fait de la rareté de l’offre et par conséquent du niveau élevé des loyers. Comme à Hong Kong, de nombreux distributeurs envisageant de s’installer dans le centre de Londres ont dû choisir des solutions alternatives. Cela est notamment vrai pour Bond Street, où les distributeurs ont dû se rabattre sur Mayfair. Parmi eux, le designer Oscar de la Renta, qui vient d’ouvrir un espace de 185 mètres carrés à Mount Street, et Céline, qui a pris possession de 750 mètres carrés à quelques pas de là. Il s’agit pour les deux marques d’une première implantation au Royaume-Uni. 

L’offre limitée d’espaces exclusifs à travers la région Asie-Pacifique a permis de maintenir les niveaux de loyer à Sydney, Melbourne, Beijing et Tokyo. À Sydney (1 018 dollars par pied carré), la demande des distributeurs internationaux (notamment américains) est élevée avec un nombre important de marques prévoyant de pénétrer le marché en 2013.

Les marchés pacifiques ont gagné en importance sur la scène commerciale mondiale avec Brisbane (739 dollars par pied carré) et Melbourne (851 dollars par pied carré) qui se classent désormais parmi les marchés commerciaux « prime » les plus onéreux. Du fait d’une forte rentabilité et de prévisions affichant une réduction du potentiel d’offres dans le Queen Street Mall de Brisbane, les loyers « prime » tels que mesurés en devises locales ont grimpé de 15 % d’un trimestre sur l’autre. En conséquence, au classement des loyers « prime », Brisbane prend deux places pour s’installer en 9e position. Alors que le secteur minier et les autres ressources naturelles de Brisbane ont permis de dynamiser l’économie locale, la croissance de la population permet quand à elle d’espérer une croissance future du commerce. De ce fait, les loyers devraient augmenter en réponse à la tendance actuelle.

Raymond Torto, économiste en chef Monde de CBRE, a précisé :

« Les loyers commerciaux ‘prime’ sur les marchés mondiaux les plus onéreux sont restés à des niveaux élevés du fait du décalage entre l’offre limitée et la forte demande. Malgré la timide croissance des ventes et la morosité des consommateurs, les distributeurs internationaux restent concentrés sur les stratégies de croissance à long terme qui ont permis l’extension des magasins à travers les marchés mondiaux clés tels que New York, Londres et Moscou. Cependant, au vue des niveaux élevés actuels, les distributeurs commencent à envisager des emplacements hors ‘prime’ ou secondaires. »

À propos de CBRE Group, Inc.
Présente dans les classements Fortune 500 et S&P 500, CBRE Group, Inc. (NYSE : CBG), dont le siège est à Los Angeles, est la première société mondiale de services immobiliers d’entreprise et d'investissement (sur la base de son chiffre d’affaires 2012). Avec environ 37 000 employés (sans compter les sociétés affiliées), au service de propriétaires immobiliers, d’investisseurs et d’occupants par l’intermédiaire de plus de 300 bureaux (sans compter les sociétés affiliées) dans le monde entier, la société CBRE propose des services de conseil stratégique et d’exécution en vue de la vente et de la location d’immeubles, de services aux entreprises, de services de gestion de biens immobiliers et d’implantations ainsi que de projets d’aménagement, de services de prêt sur nantissement, d’expertise et d’évaluation, de services de promotion immobilière, de services de gestion des investissements ainsi que d’études et de conseil. Veuillez visiter notre site Web à l’adresse www.cbre.com.

CBRE Offices Global

CBRE Offices Worldwide