Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal

Les rues de Hong Kong sont à la pointe des augmentations mondiales dans les locations de commerces

Les locations comemrciales à New York, Londres, Tokyo et Zurich sont à la hausse

Los Angeles, le 19 août 2013 — Hong Kong est de loin la ville la plus chère pour les commerçants du monde entier, mais les loyers « prime » à New York, Londres, Tokyo et Zurich augmentent, selon une étude récente du conseiller mondial en immobilier, CBRE Group, Inc.

Le classement trimestriel de CBRE (T2 2013) des 10 premiers marchés mondiaux des commerces « prime » a donné lieu à peu de changements par rapport aux trimestres précédents ; toutefois, sur quatre des 10 premiers marchés - New York, Londres, Zurich et Tokyo - on a observé des hausses trimestrielles dans les locations « prime » de commerces, ce qui n'était le cas que sur un seul marché au trimestre précédent. Des niveaux historiquement bas dans la construction ainsi qu'une très vive concurrence entre les commerçants pour les meilleurs emplacements alimentent cette croissance, ce qui entraîne des loyers battant tous les records sur de nombreux marchés mondiaux.

« À l'échelle mondiale, les commerçants continuent de désirer des emplacements de premier choix dans les plaques tournantes commerciales, en raison de la fréquentation de clients du monde entier que ces couloirs attirent et de la valeur ainsi apportée à la visibilité de la marque », observe à ce propos Anthony Buono, directeur général exécutif de la division Commerces Amériques de CBRE.

Hong Kong (4 328 USD/pied carré par an [46 570 USD/m2]) est largement en tête des classements, suivie de New York (3 050 TSD/pied carré par an [32 818 USD/m2]), qui affiche des loyers « prime » inférieurs de 1 200 USD/ pied carré (12 900 USD/m2) à ceux de Hong Kong. De même, on note un écart notable de plus de 1 800 USD par pied carré par an (19 370 USD/m2) entre New York et la troisième ville du classement, Paris (1 220 USD par pied carré par an [13 130 USD/m2]).

Classement des locations « prime » commerciales, en USD par pied carré et par an

 

Malgré ses locations élevées, les commerçants continuent à s'implanter à Hong Kong, cherchant à tirer parti des activités croissantes du commerce de luxe dans ce marché. Selon l'étude de CBRE, 51 nouveaux commerçants ont ouvert des magasins à Hong Kong l'an dernier et la ville est, de tous les marchés mondiaux, celle qui est la mieux représentée en commerces de luxe

« Le rythme soutenu de l'arrivée des touristes et le manque d'espace disponible constituent pour les commerçants établis comme pour les nouveaux venus des défis majeurs à relever afin de dénicher un emplacement adéquat sur le marché des locations « prime » commerciales de Hong Kong », explique le directeur exécutif de la division Commerces à Hong Kong chez CBRE. « Les unités situées dans les emplacements « prime » et dotées d'une façade et d'une taille raisonnables se libèrent rarement, ce qui laisse peu de choix aux commerçants. À ce titre, la préférence pour des espaces ayant ces caractéristiques continue de générer une forte demande qui soutient les niveaux élevés et en augmentation continue du marché des locations « prime. »

New York a affiché un rythme de croissance trimestriel de 2,7 % au niveau des locations « prime » comemrciales, soit une hausse annuelle de 22 % par rapport à l'année dernière. La demande de la part des commerçants du monde entier demeure forte à New York, et les niveaux de fréquentation touristique continuent de donner une impulsion à la forte activité des ventes de commerces.

À Londres (1 156 USD/pied carré par an [12 443 USD/m2]), l'amélioration de la confiance des consommateurs, des ventes solides et l’augmentation de la circulation piétonnière sont autant de facteurs qui ont intensifié la demande locative. En particulier, le déséquilibre entre l'offre et la demande sur New Bond Street et Old Bond Street a abouti à une hausse des locations « prime » dans le Centre de Londres de 9,1 % en glissement trimestriel et de 20 % en glissement annuel, en monnaie locale.

La préférence pour l'espace de type « prime » continue d'influer sur les locations « prime » à Zurich (896 USD par pied carré par an [9 645 USD/m2]), où les locations ont augmenté de 2,2 % en glissement trimestriel et de 5,6 % en glissement annuel.

L'offre resserrée d'espaces « prime » ainsi que le renforcement progressif de la confiance des occupants ont contribué à une hausse des locations de 2 % en glissement trimestriel à Tokyo, en monnaie locale. La concurrence pour les emplacements « prime » demeure très vive à Tokyo, ville considérée comme la porte d'entrée en Asie par de nombreux commerçants étrangers. Chez les commerçants nationaux, on note également une expansion des activités, certains commerçants basés à Osaka renforçant leur implantation dans la ville pour la première fois.

« La demande et les conditions de la confiance des consommateurs se sont notablement améliorées, grâce à une économie sur le rebond », observe Junichi Taguchi, directeur général de la division Commerces de CBRE au Japon. « Dans les commerces de luxe, on a noté un coup d'accélérateur positif de la demande pour des articles de marque, pour lesquels on a enregistré de hauts volumes de ventes dans les grands magasins depuis le début de l'année. »

Les locations « prime » à Sydney (945 USD par pied carré [10 155 USD/m2]), Melbourne (794 USD par pied carré [8 532 USD/m2]), et Brisbane (599 USD par pied carré [6 436 USD/m2]), sont restées stables ce trimestre, malgré la morosité des chiffres d'affaires des commerces.

« L'Australie a continué de bénéficier de faibles taux de vacance et de la limitation des offres nouvelles arrivant sur le marché », explique quant à lui Josh Loudoun, directeur senior de la division Commerces de CBRE en Australie. « L'afflux de commerçants du monde entier s’est également poursuivi avec à la fois Brooks Brothers des États-Unis et Marks & Spencer du Royaume-Uni annonçant qu'ils prendraient pied sur le marché australien. »

« L’imminence des élections fédérales entre également en ligne de compte. L'histoire montre que, dans le sillage d'une élection fédérale, les ventes des commerces enregistrent habituellement une forte poussée à court terme à mesure que s'accroît la confiance des consommateurs, et ceci se traduira par une croissance des locations sur les 12 prochains mois. Ce phénomène coïncidera par ailleurs avec un certain nombre de renouvellements de baux issus de la période de boom économique des années 2008/2009, à l'occasion de leur cinquième anniversaire », ajoute M. Loudoun

Note aux éditeurs/journalistes : Pour vous entretenir avec un expert en commerces de CBRE, veuillez envoyer un courriel à robert.mcgrath@cbre.com

À propos de CBRE Group, Inc.
Présente dans les classements Fortune 500 et S&P 500, CBRE Group, Inc. (NYSE : CBG), dont le siège est à Los Angeles, est la première société mondiale de services immobiliers d’entreprise et d'investissement (sur la base de son chiffre d’affaires 2012). Avec environ 37 000 employés (sans compter les sociétés affiliées), au service de propriétaires immobiliers, d’investisseurs et d’occupants par l’intermédiaire de plus de 300 bureaux (sans compter les sociétés affiliées) dans le monde entier, la société CBRE propose des services de conseil stratégique et d’exécution en vue de la vente et de la location d’immeubles, de services aux entreprises, de services de gestion de biens immobiliers et d’implantations ainsi que de projets d’aménagement, de services de prêt sur nantissement, d’expertise et d’évaluation, de services de promotion immobilière, de services de gestion des investissements ainsi que d’études et de conseil. Veuillez visiter notre site Web à l’adresse www.cbre.com.

CBRE Offices Global

CBRE Offices Worldwide